Nouvelle adresse du site LecturePsy

 

Compte-rendu/L'automatisme psychologique de Pierre Janet

 

 

Pierre Janet : L'automatisme psychologique.

Notes de lecture

 

Aller à l'épisode précédent : Première partie chapitre 3

Deuxième partie Automatisme partiel :

Chapitre 1 Les actes subconscients. mis en ligne le 9/07/2010

Précédemment les actes étudiés étaient effectués dans un état de conscience homogène, que l'étendue de leur conscience soit vaste ou restreinte elle se rapportait à l'ensemble des phénomènes psychologiques du sujet.

Ce n'est pas toujours le cas. Il y a des actes dont on ne trouve pas l'origine dans les idées reconnues par la conscience, sans que pour autant ces actes soient réductibles à des évènements physiologiques. L'automatisme psychique au lieu d'être complet et entièrement présent à la conscience " peut être partiel et régir un petit groupe de phénomènes séparés des autres, isolé de la conscience totale de l'individu qui continuera à se développer pour son propre compte et d'une autre manière " p. 222.

Janet va suivre alors suivre une démarche d'exploration allant des phénomènes simples aux plus complexes. Il distingue l'oubli d'un acte réalisé de façon consciente, ce qui résulte d'un manque de mémoire d'un acte véritablement inconscient effectué par le sujet à l'insu de sa propre conscience. Janet se réfère à Leibniz et à sa théorie des petites perceptions, celles-ci ne sont perçues consciemment qu'à partir d'un certain seuil. Leibniz distingue ainsi la perception par la monade d'un état intérieur représentant les choses externes et " l'aperception qui est la conscience ou la conscience réfléchie de cet état intérieur ". Ces phénomènes inconscients ont bénéficié d'une publicité par le biais des spirites, quant aux philosophes ils ont essentiellement parlé de phénomènes inconscients mais seulement de manière théorique. Il s'agit ici d'en conduire l'étude expérimentale.

 

La catalepsie partielle : Elle est identique à la catalepsie sauf que cette catalepsie ne concerne qu'une partie du corps le reste étant occupé à autre chose. Janet réalise des expériences où le bras du sujet est caché par un écran. Lucie : Janet prend les mains de Lucie et les joints dans la position qu'elles prennent lors des crises de terreur de Lucie. L'expression du visage de Lucie change en conséquence, sans que pour autant Lucie le sache. En effet le sujet poursuit sa conversation ordinaire comme auparavant. Avec un autre sujet qui se tient debout, Janet tire les deux bras à l'horizontale, Ceux-ci gardent la position sans que le sujet en ait conscience. Lorsque l'on pose des poids différents sur ses deux bras, l'effort musculaire s'adapte, à l'insu du sujet de sorte que la position reste inchangée.

Autre exemple : Derrière un écran Janet met à la main d'un sujet dont le bras est anesthésique une paire de ciseaux. Les doigts entrent eux-mêmes dans la paire de ciseaux les ouvrent et les ferment alternativement. La main ne sait rien et pourtant elle s'adapte alors même que le sujet ignore ce qu'il a en main la paire de ciseaux étant hors de son champ visuel. Il est à noter que le phénomène de catalepsie partielle n'existe pas dans les membres qui ont conservé leur sensibilité. La catalepsie partielle n'est seulement liée l'état de veille. Il suffit qu'il y ait anesthésie du membre associée à une certaine électivité pour l'expérimentateur. Les actions cataleptiques peuvent exister à part et vivre de leur vie propre comme c'est le cas dans une crise d'hystérie. C'est en suivant ce principe que Janet peut fait écrire " a " et " b " par la main droite d'un sujet en pleine crise ( le corps est tendu en arc de cercle et de son poing gauche le sujet se frappe la poitrine). Il n'est pas possible de refuser la conscience à ces mouvements de catalepsie partielle, pourtant : " il y déjà eu une conscience dans le sujet qui nous dit je vois, j'entends mais je ne sens pas que mon bras remue " p 232. Janet fait alors l'hypothèse d'un autre type de conscience pour le sujet. Pendant la catalepsie générale Janet a reconnu la conscience à ces phénomènes mais une conscience très inférieure " constituée de sensations et d'images ". Le caractère de ces images élémentaires était de n'être pas réunies en une seule pensée, de ne pas former une personnalité ; c'était des images conscientes sans idées du moi " p. 232.

Janet cite Dumont : " Nous trouvons dans un passage de Dumont l'expression complète de cette hypothèse : "les mots conscience et inconscience sont pris tantôt dans un sens relatif et tantôt dans un sens absolu. On dira, par exemple, qu'un phénomène est inconscient pour exprimer l'idée que le moi n'en a pas conscience, mais sans affirmer par là que le phénomène n'est pas conscient en lui-même et pour son propre compte. " "

La distraction et les actes subconscients ; la distraction chez les hystériques équivaudrait à une anesthésie momentanée, aussi des catalepsies partielles peuvent-elles être provoquées sur ces membres non anesthésiques. S'agissant d'un bras non anesthésique même caché par le carton écran on peut faire l'objection vague et générale de simulation par le sujet. Cependant : " dans le lien que les expériences ont les unes avec les autres : le plus souvent le sujet ne comprend pas ce que l'on fait et il simulerait tout de travers " p.234.

Expérience avec Léonie : Léonie écoute autour d'elle des personnes discutant, mais elle n'écoute ni n'entend Janet même s'il lui commande quelque chose. S'il s'adresse directement à elle, Léonie s'étonne proteste, discute le commandement le refuse. En revanche s'il s'adresse directement à voix basse à Léonie en se postant derrière, elle ne l'entend plus, elle ne se retourne pas et alors elle exécute ses commandements. La suggestion consciente pouvait s'opposer à la volonté consciente. " C'est tout à fait de cette façon que les choses se passent avec Lucie : si je lui dis tout bas (toujours par le même procédé de la distraction et non par suggestion directe qui aurait un autre résultat) qu'il y a un papillon devant elle, la voici qui le suit des yeux, fait des gestes pour l'attraper, etc., tout en parlant d'autre chose, et, en disant, si on l'interroge, qu'elle ne voit rien. C'est là un phénomène identique aux précédents, les choses se passaient de même quand Léonie cueillait des fleurs sans le savoir. "

Janet suppose un degré d'autonomie de l'activité inconsciente : il va l'explorer.

Voici quelques unes de ses expériences :

-numération inconsciente le sujet fait tout autre chose et exécute pourtant la suggestion au terme du comptage, lorsque l'hypnotiseur a frappé dix fois dans ses mains.

- l'écriture automatique. Le sujet mène une conversation avec ses pairs tout en répondant par écrit aux questions de l'hypnotiseur.

La distraction joue un rôle considérable dans les suggestions, tantôt elle supprime l'idée antagoniste à l'acte suggéré en permettant ainsi l'exécution qui reste consciente, tantôt elle entraîne la réalisation de l'acte à l'insu du sujet. La distraction provoquerait une scission de la conscience, l'une accessible au sujet l'autre non.

Les suggestions post-hypnotiques (SPH):
historique et description : Il s'agit d'actes exécutés à l'état de veille sans que le sujet se doute que c'est un souvenir de ce qui lui a été suggéré à l'état somnambulique.

 

Différents types de SPH :

-Les hallucinations suggérées :

- hallucinations négatives il s'agit de la suppression de la perception par le sujet d'un objet ou d'une personne

- hallucination gustative une sensation gustative s'impose à la sensibilité

 

Une suggestion post-hypnotique pourra s'accomplir avec succès alors même que l'intervalle de temps entre cette suggestion et l'acte à réaliser est important. Par exemple un sujet se rend à un rendez-vous aux dates et heures prévues conformément à la suggestion qui lui a été faite 8 jours auparavant. Une SPH peut aussi être programmée pour être accomplie lors d'un nouvel état somnambulique.

Comment la suggestion post hypnotique s'exécute-t-elle alors que le sujet est en état de veille ? Il semble nécessaire que le sujet soit dans un " état psychologique incomplet " de sorte que les phénomènes de veille ne s'opposent pas à la réalisation de l'acte. Le mécanisme de la suggestion post-hypnotique est loin d'être le même chez tous les sujets " p 244.

Janet met à part les sujets chez qui l'état de veille et l'état somnambulique sont identiques du fait d'une restriction permanente du champ de la conscience. Ces sujets n'ont pas de véritable somnambulisme, par conséquent ils conservent la mémoire de leur second état. En fait la nécessité d'une identité entre l'état somnambulique et état du sujet au moment où, éveillé, il exécute la suggestion (il est en tous cas tiré de l'état somnambulique par l'hypnotiseur) se retrouve chez les sujets qui ont des états bien différenciés veille/sommeil. Au sortir de l'état somnambulique le champ de la conscience retrouve son étendue, mais il se rétrécit au moment précis où le sujet exécute la suggestion post-hypnotique (SPH). De sorte que si l'on prend pour référence l'état hypnotique et l'état du sujet lors de l'exécution de la suggestion il n'y a aucune différence. C'est à fortiori la même chose chez des sujets dont le champ de la conscience est rétréci en permanence.

Ainsi la patiente de Janet, Rose est anesthésique, mais en somnambulisme elle n'est anesthésique que du côté gauche. Une fois réveillée, au moment où elle exécute la suggestion post-hypnotique (SPH), Janet la pince du côté droit. Elle se met alors à crier ce qu'elle ne fait ordinairement jamais à l'état de veille : " l'instant suivant, elle avait perdu, et le souvenir de m'avoir montré quelque chose, et la sensibilité du côté droit ". P.246.

De même Marie dont l'acuité visuelle à l'état de veille est faible de l'œil droit a une acuité bien meilleure en état somnambulique. Or à l'état de veille au moment où elle exécute la suggestion (passer le balai dans la pièce) Janet lui prend le balai des mains et lui demande de lire un texte de l'œil droit et elle y réussit alors que c'est une tâche qu'elle ne peut ordinairement pas réaliser. De ces expériences se tire la conclusion que " chez les sujets de cette catégorie, l'état de la sensibilité au moment où une suggestion post-hypnotique (SPH) est exécutée est identique à celui où elle a été reçue ". p.247

Enfin au moment de l'exécution de la SPH chez un sujet non suggestionnable à l'état de veille on peut proposer un nouveau commandement.

Il y a quatre caractéristiques importantes au moment de l'exécution d'une SPH :

- 1) Oubli de l'acte après accomplissement

- 2) Souvenir au moment de l'exécution de la SPH des somnambulismes précédents

- 3) Variation de l'état sensitivo-sensoriel

- 4) Augmentation de la suggestibilité.

Ces quatre caractères sont ceux qui distinguaient l'état somnambulique de l'état de veille. Certains sujet pour exécuter des SPH se remettent dans un état somnambulique, identique à celui dans lequel la suggestion a été reçue ". p.248.

Cependant les choses ne se passeraient pas ainsi pour tous les sujets. Certains sujets n'ont ni la mémoire, ni la sensibilité de l'état hypnotique lors de l'accomplissement de la SPH. De plus comment expliquer lorsque la SPH est exécutée bien après sa suggestion plusieurs jours par exemple que les sujets se rendorment au moment de sa réalisation ?

Exécution subconsciente des SPH

Lucie exécute les SPH malgré la prévention de Janet qui la prie de tout faire pour y résister. " Essayez donc de me commander je ne ferais rien du tout " prétend-t-elle alors qu'elle exécute ses SPH le plus naturellement du monde et sans la moindre conscience. Les SPH d'hallucinations se présentent à la conscience de Lucie sans qu'elle puisse en déterminer l'origine. Elle porte un verre d'eau à sa bouche et croit boire du cognac.

Les SPH peuvent être différées sur plusieurs jours. Un sujet exécute à la date prévue une SPH l'invitant à se rendre 13 jours plus tard à un rendez-vous. Contrairement à la SPH avec association : " quand vous verrez un tel vous l'embrasserez ", le recours à un nombre implique une abstraction : le décompte des jours. Comment la SPH a-telle alors pu s'exécuter ? Pour Janet ce n'est pas du côté de facultés mystérieuses qu'il faut chercher ; le somnambule lit comme tout le monde l'heure sur les horloges. Certes il n'a pas conscience de la suggestion mais cela n'empêche pas que les jours et les nuits fassent impression sur lui. Le compte doit être fait sans conscience puisque le sujet ne sait pas qu'il doit accomplir la SPH. Il faut toutefois aller au-delà de la simple association d'idées.

Dans la SPH sous condition temporelle, il faut un jugement portant sur le dénombrement des jours. S'il y a des associations latentes ce que Janet veut maintenant savoir c'est s'il y a des jugements inconscients autrement dit " le sujet peut-il faire des comptes sans le savoir ? ". Janet endort la patiente Lucie à partir d'un jugement de numération quand il aura frappé 12 fois dans ses mains elle s'endormira. Lorsque Janet a frappé 5 coups Lucie éveillée ne les a pas remarqués, Janet attire son attention elle convient alors qu'il a frappé une fois dans ses mains. Pourtant en frappant six coups de plus le sujet s'endort.

Cela met en évidence l'existence de jugements de numération inconscients. Janet expérimente d'autres types de jugements :

-identité de deux lettres

-nombre pair ou impair

-Somme de nombres égale à 10

-soustraction, multiplications et divisions simples.

Les exécutions sont exactes, sauf lorsque l'opération est trop compliquée. Les jugements inconscients sont possibles et les somnambules peuvent fort bien compter les jours et les heures qui les séparent du jour où la SPH est à exécuter.

Pour connaître les opérations psychologiques qui président à ces jugements inconscients. Janet utilise l'écriture automatique. Il fait faire à Lucie l'opération : 739 * 42. Tout en racontant le déroulement de sa journée, sans s'en rendre compte Lucie effectue par écrit le calcul de sa main droite. Janet demande à Lucie d'écrire une lettre. Son contenu témoigne d'une certaine intelligence, mais en réitérant l'expérience il constate que Lucie écrit toujours la même lettre. Lette dont Lucie une fois éveillée reste incapable d'expliquer le sens et, bien entendu ne se souvient pas d'avoir écrite. Janet converse avec Lucie uniquement par le biais de l'écriture automatique.

Il se demande ce qu'est l'inconscience, car la parole est pour nous le signe de la conscience d'autrui. En est-il autrement de l'écriture ? Il ne le croit pas, selon lui les phénomènes observés appartiennent plutôt à une conscience particulière, en deçà de la conscience normale. Chez Léonie une suggestion donnée dans un état plus profond de somnambulisme prend la forme d'un acte subcsonscient quand le sujet est revenu à un état différent et surtout moins profond.

C'est à une pensée subconsciente que Janet attribue la formation d'une plaque rouge en forme d'étoile chez l'un de ses sujets, car il n'y a aucun nerf qui se distribue à lui seul sous la forme d'une étoile à 6 branches. Il y a une pensée qui coordonne l'excitation. Autre exemple Rose a eu des hémorragies utérines. En état somnambulique l'interdiction des saignements ne permet pas de les arrêter. Cependant, sous somnambulisme elle dit avoir déjà arrêté ces saignements en buvant de l'ergotine. Aussi Janet lui fait la SPH suivante ; vous buvez toutes les deux heures une potion à l'ergotine. Toutes les deux heures Rose accompli alors un singulier manège de sa main droite comme si elle tenait une cuillère pour la porter à sa bouche, mais quand on lui demande ce qu'elle fait elle soutient ne pas avoir bougé. L'hémorragie elle s'est arrêtée. Janet conclu que les SPH ne présentent qu'en apparence une différence avec l'idée suggérée lors du somnambulisme. Celle-ci ne disparaît pas elle subsiste et se développe en dehors et en dessous de la conscience normale. Quand elle arrive à son développement complet l'acte suggéré s'exécute sans jamais avoir pénétré la conscience du sujet éveillé. " Elle entre pour un moment dans la pensée la modifie et ramène plus ou moins ou moins complètement à l'état somnambulique initial. La SPH nous révèle l'existence de la pensée subsconsciente.

Suite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

WebAnalytics